Par Sylvain

Hier, au lac de Neufont de Vergt (24), une copine thérapeute, Sandrine, m'a fait un soin. On discutait tranquillement quand elle s'est mise à avoir les larmes au yeux, la voix qui tremble et une urgence à me faire quelque chose.

Ce qu'elle a fait, c'est recevoir des informations qu'elle a engrammé en moi, dans mes cellules. Le mot m'a suffisamment interloqué pour que fasse quelques recherches.

C'est un mot qui vient du grec en (dans) et gramma (écriture). Il signifie donc écrire dans (et non écrire sur). Il s'utilise en neurosciences pour décrire la manière dont la mémoire s'inscrit dans le cerveau.

Personnellement, je l'ai plus compris comme une manière d'inscrire de l'information dans la mémoire cellulaire, comme un codage informatique. D'ailleurs, mon amie Laeticia, également thérapeute, parle beaucoup de codage d'information durant ses soins, comme si nous n'étions que de l'information enveloppée d'une couche de chair (ce qui n'est pas totalement faux).

Évidemment, tout cela m'a immédiatement fait penser à Matrix, et à la manière dont les personnages apprennent dans le film, c'est à dire et se faisant télécharger les informations nécessaires, en se faisant reprogrammer.

Donc, hier, je me suis fait reprogrammer. La base du programme était : laisser partir le passé pour accueillir (construire ? Accepter ?) le futur. En pleine période de transition profesionnelle, ce message me parle completement.

 

engrammage

Cette fractale vient du site de mon ami JMM

La suite dans reconnexion 2